Le Meilleur de la Réécriture – 1

Ce titre fait rêver je suppose … c’est normal, c’est l’un des vœux les plus chers de tout auteur. Je ne vais pas vous mentir il n’existe pas de recette miracle. Cependant quelques techniques et principes de base existent pour vous faciliter un peu la vie. J’aimerai que vous puissiez tirer de meilleurs bénéfices de cette étape, essentielle pour passer d’une matière première brute à un diamant taillé. Et soit dit en passant la dé-diaboliser un peu :)

Je ne vais pas détailler ici pourquoi il est si nécessaire de se relire, réécrire et corriger ses écrits avant de les partager. C’est avant tout une question de respect envers vos lecteurs, votre histoire et vous-même. Pour que nous soyons sur la même longueur d’onde, nous parlons bien de la réécriture comme le fait d’améliorer la version de son propre texte/brouillon déjà écrit, et non comme une nouvelle version/vision d’une oeuvre tierce que l’on réécrirait autrement (ex. adaptation). Ce travail ne se limite pas aux fautes d’orthographe ou de grammaire : il s’agit d’une réécriture globale de votre texte (forme et fond). Quatre étapes majeures vont le composer, peut importe la tâche : la suppression, la substitution, l’expansion et les déplacements (cf l’article d’Espace Français sur les procédés de réécriture)

Pour ceux qui recherchent uniquement une correction de la langue, je vous renvoie vers le très bon article du Scribouillard sur les bienfaits d’une relecture attentive qui en traite (mais pas que, je vous recommande de le lire quand même anyway ;p).

Temps de lecture : 6min


Checklist

Pour rentrer directement dans le sujet, vous trouverez ici une checklist des aspects et maladresses récurrentes à corriger. // (NB : Encore en cours d’écriture. En attendant je vous conseille l’excellent article de Tiphs : Comment améliorer la forme de son texte ?) // Ce guide pourra vous aider à remémorer ces points précis et mieux les traquer avant la sortie de vos chapitres ou lors de votre réécriture globale. N’hésitez pas à partager vos suggestions pour que je puisse l’enrichir :)

Lors de vos prochaines lectures, soyez attentifs à ce qui vous fait tiquer chez les autres auteurs. Peut-être que cela s’applique également à vos textes ? Cet exercice peut vous sensibiliser et vous rendre plus pertinent en réécriture.

Bien se connaître pour mieux se corriger

Le meilleur moyen de rendre cet outil (encore) plus efficace est de le personnaliser. Apprenez quelles sont vos maladresses récurrentes pour plus facilement les déjouer et vous concentrer dessus en priorité. Nous en avons tous. Comment les connaître ? Via votre beta-lecteur, vos lecteurs ou même votre propre expérience … Demandez leur franchement.

Avoir le bon état d’esprit

C’est l’un des principaux facteurs de succès d’une bonne réécriture. Il faut que vous soyez pleinement conscients de la nature du travail dans lequel vous allez vous embarquer. Acceptez que votre texte ne sera pas fini du premier coup. Il y aura forcément des erreurs et des passages à perfectionner. C’est normal, il ne faut pas le prendre comme une faute ou une faiblesse. Tout n’est pas à jeter dans votre texte, ayez confiance en ce que vous avez écrit. Pour atteindre un bon résultat il vous faudra forcément du temps, de l’énergie et une masse conséquente de travail. Nous savons tous que le talent seul ne suffit pas. Parfois, plusieurs réécritures complètes seront nécessaires. Beaucoup citent l’exemple d’auteurs renommés, raturant de nombreuses fois leurs pages jusqu’à obtenir le résultat qu’ils souhaitaient. Pour le vous rappeler, n’hésitez pas à consulter ce court article de la BNF qui illustre les brouillons de Flaubert avec l’analyse d’une de ses pages retravaillées. Complètement méconnaissable serait un qualificatif adapté ;p

Prévenez vous du perfectionnisme car il n’existe pas. Soyez réalistes, nous avons chacun notre style avec ses points forts et de facto d’autres moins développés. C’est ce qui caractérise votre texte. Rien ne peut être parfait et encore moins dans tous les domaines (cf Atouts).

Une fois ces notions fondamentales assimilées, ce qui compte c’est votre façon d’aborder votre texte (état d’esprit) et où vous souhaitez l’emmener (motivation voire objectif final à ne pas perdre de vue). De nombreuses émotions sous-jacentes peuvent vous entraver. L’angoisse de ne pas y arriver, de ne pas être à la hauteur. Un jugement trop dur de votre part. La sensation de ne pas progresser, de ne pas parvenir au résultat escompté … ce qui peut vous donner envie de fuir ou retarder votre avancée. Ces inhibitions ne doivent pas compter. Apprenez à reconnaitre la pression négative dès son apparition pour la canaliser et l’éviter. La réécriture est une recherche positive d’amélioration. D’accomplissement. Concentrez-vous sur ça. Remettez vous sainement en cause et posez-vous les bonnes questions. Travaillez, persévérez et gardez en tête cette détermination de progresser qui doit être votre seul guide. « Comment faire mieux ? ». Cherchez à aller plus loin dans votre texte, à atteindre cette sensation d’avoir donné le meilleur de soi, d’avoir été au bout de vos capacités. Ne vous découragez pas.

Un jour j’écrirai des articles sur le dépassement de soi, la remise en question et la confiance qui peuvent grandement vous aider dans l’écriture. En attendant veuillez trouver ici le lien d’une vidéo de Fabien Olicard sur ce qui rend les gens géniaux, la décomplexion sur le génie et la pratique intentionnelle pour s’améliorer dans ce que l’on fait :) Avancez à la minute 1:44

Par ailleurs votre perception de la réécriture peut grandement influencer ses résultats. Voyez la positivement : c’est une opportunité pour avancer et non une torture. Et comme le dit Jérôme Vialleton dans son article 12 clés pour corriger son roman (et aimer ça) : « Si vous n’y prenez pas un peu de plaisir, vous allez vite laisser tomber. Le secret (…) c’est de ne pas attendre la satisfaction du travail accompli, mais de vous divertir en le faisant. »

Même si avouons-le, ce n’est pas toujours facile ;p

Halte à l’égo

C’est l’un des principaux freins à une relecture efficace. Même si vous êtes dans une démarche d’amélioration, votre amour-propre (inconscient ou non) peut vous égarer. Il faut essayer de s’évaluer sans détour et être impartial pour obtenir le meilleur de son texte.

Ne mettez pas trop d’affect : par exemple la décision de retirer ou réécrire en profondeur tel ou tel passage ne doit pas être entravée par le temps passé dessus. Ou parce qu’il s’agit d’une référence personnelle, un effet de style que vous avez essayé d’ajouter, ect … Ne vous forcez pas à garder quelque chose coûte que coûte, en dépit du bon sens. Oui, cela peut être frustrant d’avoir passé plusieurs heures apparemment en vain, mais dites vous que ce chemin était nécessaire pour arriver au résultat final.

J’en profite pour vous conseiller un autre article du Scribouillard, Savoir se relire efficacement. Il cite notamment Stéphane Mallarmé : « Un grand écrivain se remarque au nombre de pages qu’il ne publie pas. » Le lecteur ne sait pas ce qu’il se passe en coulisse. Vous l’avez compris, le fait de faire un effort ne vous garantit pas forcément l’approbation. Il est nécessaire pour y arriver certes, mais ne se suffit pas à lui-même. Pour être efficace des réflexions pertinentes et remises en question doivent l’accompagner. Soyez honnête avec vous-même.

Passez outre le côté Sims discret (mais oui, vous êtes au bon endroit), comme le dit Phinae dans sa très intéressante {Fiche} L’importance de la relecture et comment faire des relectures efficaces : « Une bonne relecture exige de la lucidité et de l’honnêteté, des qualités qui se méritent par la pratique de l’intransigeance. Elles contrastent avec la confiance et l’espoir qui nous ont habités pendant la phase d’écriture. »

Prêtez attention à cette petite voix que vous entendez parfois, cet instinct qui vous pousse à challenger tel ou tel aspect. Elle n’aura pas toujours raison, mais ne pas l’écouter serait un tort. Le refus aveugle d’admettre que rien n’est acquis vous bloquera dans votre progrès. Ce n’est jamais agréable de réaliser que nous avons écrit une maladresse ou que quelque chose que nous pensions abouti ne l’est pas encore vraiment. Comme dit ce n’est pas une honte, vous êtes ici pour améliorer votre texte.

« Go slow to Go fast »

La précipitation est un autre obstacle à gérer. Nous sommes humains, une fois votre texte fini nous avons parfois qu’une seule hâte : le publier. Certes. Mais ne succombez ni l’empressement ni à la flemme. Ne bâclez pas, ce serait tellement dommage ! Posez-vous. La réécriture est un investissement qui vaut le coup et vous le savez. Sans patience le temps vous paraitra encore plus long et la tâche fastidieuse. Car certaines erreurs peuvent passer inaperçues lors d’une relecture trop rapide et vous frapper dès que vous prenez véritablement votre temps. Laissez le maturer. Et si vous sentez que vous n’y êtes pas encore et que quelque chose vous turlupine, continuez à creuser :)



Au sommaire de la Partie 2 disponible ici :

Avoir un oeil neuf sans attendre un mois – N’abandonnez pas votre logique – Débats complémentaires – L’avis extérieur, cet incontournable – Un dernier pour la route ?

En espérant vous être utile ! – BB

 Retour aux Conseils
⇒ Retour à l’Accueil


2 réflexions sur “Le Meilleur de la Réécriture – 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s